Un cri- Pour te perdre un peu moins

by - novembre 01, 2017

Titre: Pour te perdre un peu moins
Auteur: Martin Diwo
Editeur: Plon
Pages: 288

Résumé:
Un garçon, une fille, une histoire universelle. Ils s’aiment, se déchirent, elle s’en va. Lui s’écroule. La jeunesse et l’innocence avec. Un roman qui frappe, âpre, enlevé, emporté, qui ne s’oublie pas. Une signature, une écriture, une voix, une époque, une génération.
« Vous avez peur ?
– Oui. Peur de l’après. Peur, parce que mettre le mot fin à ce livre, c’est mettre le mot « fin » à notre histoire. Aujourd’hui, Elle existe grâce à l’écriture, mais après ? Après, Elle n’existera plus et ça, je ne sais pas si je suis capable de le supporter.
– N’avez-vous pas envie qu’il soit lu ?
– Vous savez quoi ? Je l’ignore. Enfin, il faudrait déjà que je le termine. Je ne sais pas si j’ai le courage d’écrire certaines choses. Celles que je vous confie par exemple. A vous, je peux les dire, mais au lecteur ? Nos conversations sont quand même très personnelles, non ? Et puis le but du livre n’est pas de déballer mes sentiments, c’est un roman, vous savez ? Enfin… un roman… en réalité c’est un double meurtre, un cri.
– Et ce cri, n’est-ce pas pour être entendu que vous l’avez poussé ?
– Ok je vois où vous voulez en venir. Vous pensez que j’ai écrit ce livre pour la faire revenir, c’est ça ? »


Mon avis: 

"On aime comme on n’a jamais aimé, on aime comme on ne pensait pas en être capable, et puis, comme tout le monde, un beau jour, on souffre de la maladie la plus douloureuse, du syndrome le plus terrible, du traumatisme le plus violent qui soit, de ce qui existe de plus pénible sur Terre. Oui, un jour, on a le cœur brisé."


Pour te perdre un peu moins est un livre que j'étais très impatiente de lire grâce à la superbe chronique de BettieRose. Quand Babelio l'a proposé à la critique, j'ai donc tout naturellement sauté dessus. Littéralement. Je remercie donc également les éditions Plon et Babelio de m'avoir permis de découvrir ce livre qui figurait parmi les nombreux titres de la rentrée littéraire. 

Ce livre aborde la rupture amoureuse dans ce qu'elle  de plus intime, de plus désespéré, de plus déchirant. Martin Diwo dissèque la rupture, tous les états émotionnels par lesquels on peut passer: l'incompréhension, la colère, le manque, la tristesse, et beaucoup plus encore. L'auteur a réussi grâce à sa plume sensible mais incisive à imprimer un rythme saccadé, insoutenable. J'avais l'impression de vivre la rupture à la place du narrateur. 

Les procédés narratifs et les figures de styles employés par l'auteur sont bluffants et sont la véritable originalité de ce roman. Le narrateur se bat avec sa conscience ou encore s'imagine quantité de scénarios possibles quant au moment où il la recroisera, ou se rappelle son histoire. Il retrace avec nous les moments clés de celle-ci, avec Elle comme il l'appelle. Lui, il essaie de comprendre à quel moment Elle a cessé de l'aimer. A quel instant Elle a cessé de se battre, à quelle minute Elle a pris ses distances avec Lui et enfin à quelle seconde Elle a pris cette décision fatidique. 

Le lecteur est dans l'incompréhension, tout comme le narrateur. On se demande comment elle a pu arrêter de l'aimer, Lui qui l'aimait comme un dingue. La puissance de son amour est telle que lorsqu'à la fin, l'auteur qualifie son ouvrage de "cri", je me suis dit que c'est exactement le mot que je cherchais durant tout le roman. Un cri d'amour, un cri d'espoir, un cri de tristesse. Un cri. 

Pour te perdre un peu moins est un véritable exutoire.  L'écriture permet au narrateur (à l'auteur?) de se libérer, de mettre des mots sur une situation si douloureuse. 

"Tu sais, ce ne sont pas les années qu'on prend qui font vieillir mais les blessures et les cicatrices que te laissent les gens que tu aimes."
Je pense que ce qui m'a manqué durant ma lecture, c'est le fait que je ne puisse pas réellement m'identifier au narrateur, n'ayant jamais eu à vivre l'expérience de la rupture. Néanmoins, je sais une chose: je ne veux vraiment pas la vivre. 

Par ailleurs, même si j'ai énormément apprécié le début du roman, j'ai eu plus de mal à accrocher avec la suite du roman car j'avais envie de secouer le personnage principal, comme sa conscience le fait bien d'ailleurs. Mais ici les critiques me sont tout à fait personnelles et je pense que justement cette lenteur était recherchée. 

Une chose est sûre, Pour te perdre un peu moins est une lecture qui ne s'oublie pas, qui se lit avec patience, qui s'expérimente. J'ai donc passé un très bon moment et je suis contente d'avoir lu un livre qui me sort de ma zone de confort de lecture habituelle. 

Avez-vous lu ce livre? 




You May Also Like

4 commentaires

  1. Waouh. Tu viens tellement de me donner envie de le lire. Sauf qu'avec mon expérience de la rupture, je sens que je vais finir en boule dans mon lit 😂

    Affaire à suivre donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non mince!
      C'est un beau livre, mais c'est vrai que si on a un passif douloureux, ça va faire ressurgir de nombreux souvenirs!
      Dis-moi si tu l'as lu!

      Supprimer
  2. Tu me rends super curieuse. Rien que le titre est magnifique - c'est vraiment un titre à la française. Ce qu'on peut être prétentieux quand même avec nos titres à rallonge comme ça x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est le titre qui m'a interpellée la première fois aussi!
      C'est vrai qu'il est long!

      Supprimer