Ma douce France endeuillée: vendredi 13 Novembre 2015

by - novembre 14, 2015

Photo trouvée sur Facebook, je n'en ai pas la source

BLOG EN BERNE

"Being human is given but keeping humanity is a choice".

Vendredi Noir. Horreur. Effroi. Peur. Incompréhension.
Aujourd'hui, Paris, la France, ma France, notre France est en deuil. 


C'est la boule au ventre qu'hier soir je découvre avec stupeur que des explosions se sont produites aux abords du stade. Effroi car ma soeur s'y trouvait pour assister au match. Ces minutes furent les plus longues de ma vie.
Puis, j'apprends que de nombreux attentats ont également lieu dans différents endroits de paris. Je me suis dit, comment, comment a-t-on pu en arriver là? Comment peut-on penser, arriver à un tel niveau de barbarie?

Le 11 janvier déjà, la France tremblait. On s'était dit plus jamais ça. Je m'étais promis de ne plus trembler, de ne plus avoir peur.

L'Etat d'urgence est déclaré, dans un premier temps les frontières sont fermées (puis après rectification, il y a désormais des points de contrôles mais les frontières sont ouvertes).
Je vois le nombre de mort augmenter crescendo. "Nous sommes en guerre", voilà la pensée qui m'a habitée toute la soirée. 18, 40.. 60... A l'heure où j'écris il y a au moins 127 morts et 80 personnes en "état d'urgence absolue"

Etant juriste de formation, je sais ce qu'implique l'Etat d'urgence et la gravité de  cette mesure qui n'avait pas été prise sur l'ensemble du territoire depuis la guerre d'Algérie. 
L'Etat d'urgence, ce régime exceptionnel est pris lorsque l'Etat craint pour la sécurité nationale. Le fonctionnement normal du pays est donc très perturbé dans la mesure où dorénavant, les pouvoirs sont renforcés, la circulation des personnes, les réunions et certaines libertés (telles que celle de la presse) peuvent être réduites par les autorités. 

Je ne sais pas quoi penser, j'essaie de comprendre, mais comment comprendre des actes qui sont commis par des animaux, des barbares. En attaquant la France, ma chère France, en son coeur, bien plus que 127 mort, hier il y avait 66 millions de blessés. Blessés dans leurs valeurs, dans leur croyance, atteints au plus profond de leur coeur. 

C'est dans ces moments-là que je fais le parallèle avec les migrants. Vous imaginez dans quelle horreur nous avons été plongés en quelques heures, imaginez des personnes qui vivent ça au quotidien, qui vivent angoissés, la peur au ventre, ne sachant pas ce que le lendemain leur réserve?

Car hier, oui, j'ai eu peur. Peur pour ma soeur, peur pour son ami qui, lui était au bataclan et a été blessé à la jambe, peur aussi pour mes compatriotes. 

Face à cette inhumanité, cette barbarie, je leur opposerait tout ce que les valeurs républicaines m'ont enseignées depuis ma plus tendre enfance: Liberté. Egalité. Et surtout Fraternité. 
J'ajouterai la solidarité envers tout mes compatriotes car l'union fait la force. Malgré tout, petite loueur d'espoir, les réseaux sociaux. J'en ai eu les larmes aux yeux. Un hashtag #portesouverte s'est propagé un peu partout sur twitter.. Les personnes qui habitaient aux alentours des points d'attaquent proposaient d'héberger les personnes qui ne pouvaient pas rentrer chez elles (étant donné que de nombreuses lignes étaient coupées, et qu'on était quand même dans un climat d'insécurité). Et ça, ça m'a vraiment fait plaisir!

La ville lumière est certes éteinte, à genou, mais elle se relèvera et brillera de mille feu, encore plus forte qu'auparavant. Tel un phénix elle renaitra de ses cendres, rajeunie et pleine d'énergie. Aidons-la!!!!

Il est heureux de voir que le monde entier est avec nous, nous supporte.

PRAY FOR PARIS
Vive la République et Vive la France. 

You May Also Like

0 commentaires