Le médecin malgré lui

by - novembre 18, 2015





Titre: Le Médecin malgré lui
Auteure: Molière
Collection : Folio Classique
Pages: 160 pages


Résumé:

Parce que le public de 1666 ne comprend pas Le Misanthrope, Molière doit lui adjoindre une comédie - un chefs-d'œuvre de plus - dont la verve et la finesse nous enchantent encore. Le sujet du Médecin malgré lui vient d'un conte du lointain Moyen Âge. Une femme se venge de son ivrogne de mari en prétendant qu'il est médecin, ce qu'il n'avoue que sous les coups de bâton. Ce mauvais mari contraint de guérir une fausse muette, c'est Sganarelle. Non plus le Sganarelle ridicule des premières farces, mais un paysan rusé, un peu instruit et beau parleur, effronté comme pas un. Sa lâcheté, sa paresse, sa paillardise : on lui pardonne tout. Il est si pittoresque et si drôle ! Lire Molière, c'est rire avec le plus illustre et le plus aimé des génies français.


Mon avis:

Ah Molière... toujours les mots pour nous faire la moral, mais avec le sourire!

Dans cette courte pièce de théâtre on arrive en pleine dispute conjugale entre Sganarelle, le mari, et Martine la femme. Celle-ci lui reproche d'être trop fainéant et oisif. Celui-ci, le lâche, au lieu de répondre à des mots par des mots, la bat lâchement.

Martine, comme toute femme qui se respecte, maîtrise l'art de la vengeance à la perfection! Et quelle vengeance me direz-vous?

Lorsqu'elle rencontre deux personnes cherchant un médecin pour soigner une femme devenue muette. Figurez-vous qu'elle va leur dire qu'il est médecin! La bonne blague. 

C'est là que l'histoire commence vraiment. Une histoire, celle de la vengeance d'une femme, ainsi qu'une autre histoire d'amour, faite tout en rire! On ne peut qu'adhérer, surtout que l'écriture de Molière est assez simple à comprendre et légère! Cette pièce se lit très rapidement!!


Comique, c'est effectivement ce que j'ai ressenti durant toute ma lecture, comme lorsque Sganarelle, afin d'éviter les représailles, prétend être médecin, et répond... sans vraiment répondre aux question, et multiplie donc les pléonasmes, comme lorsqu'il dit: 

"Je vous apprends que votre fille est muette ... cela vient de ce qu'elle a perdu la parole."
J'ai également beaucoup aimé les a parte que chacun des personnages faisaient: 

"Et qui est ce sot-là qui ne veut pas que sa femme soit muette? Plût à Dieu que la mienne eût cette maladie! je me garderais bien de la vouloir guérir." (Sganarelle)

Je vous conseille vivement ce livre, non seulement vous pourrez cocher ce livre parmi vos classiques lus, vous passerez certainement du bon temps, et le théâtre vous changera un peu. Parce qu'un peu de changement de temps en temps ça ne fait pas de mal!



Ma Note:
5/5

You May Also Like

0 commentaires